Des convergences fortes entre les discours de Martine Aubry, de François Bayrou et de Dominique de Villepin

Marie-Anne Kraft m’a autorisée à reprendre son article, qui fait suite à une interview de Martine Aubry sur Médiapart ( La gauche que veut Martine Aubry) et aux récents positionnements de Dominique de Villepin.

L’accès à l’article de Médiapart étant réservé aux abonnés, j’ajoute une vidéo de cet entretien pour éclairer la réflexion de Marie-Anne.

http://www.dailymotion.com/video/xcshdz

Des convergences fortes entre les discours de Martine Aubry, de François Bayrou et de Dominique de Villepin

03 Avril 2010 Par Marie-Anne Kraft

Je retrouve dans ce discours de Martine Aubry les valeurs et les propositions du Mouvement Démocrate (cf le projet humaniste). Tant sur la lutte contre les abus et la concentration de pouvoir, pour l’indépendance du parquet, contre les inégalités, contre la financiarisation de l’économie et remettre la finance au service de l’économie réelle, pour une forte régulation des marchés et pour la séparation des banques d’affaires et banques de dépôts (Bayrou a été le premier à le proposer), pour un fonds d’intervention public, pouvant accompagner les PME ou soutenir l’innovation, pour plus de décentralisation, pour l’égalité des chances, pour la souplesse dans le temps de travail au cours de sa vie, pour donner plus de pouvoir et plus d’importance aux corps intermédiaires (syndicats, associations, représentants des professions,…) et au débat public, laisser plus de liberté à la société pour développer l’innovation et la création,…

Bref « porter un autre modèle de société: un autre modèle de développement, économique, social et durable, mais aussi un autre rapport des individus entre eux et avec le collectif », « Une évolution fondamentale est le passage du matérialisme et du «tout-avoir» à une société du bien-être.  » et « Donner un vrai poids aux collectivités territoriales dans leur action de proximité et dans leur autonomie » : c’est exactement ce que disait déjà François Bayrou.

Parfois j’ai même l’impression que François Bayrou est plus « à gauche » que Martine Aubry, dans la mesure où il est plus « radical », c’est à dire prend plus le mal à la racine, concernant le fonctionnement de la société, la manière de garantir les contrepouvoirs et l’égalité des chances, une régulation préventive (empêcher la spéculation financière, les paradis fiscaux, les hedge funds, encadrer fermement les stocks options et les rémunérations des dirigeants,…) avant même la régulation corrective (par la redistribution fiscale par exemple). Non seulement le PS n’a plus d’idéologie « socialiste », ne parle plus de nationalisations ni même de services publics gérés par l’Etat, mais il laisse le marché faire sa loi et régule ensuite par redistribution les inégalités qu’il a engendrées. C’est comme si on laissait polluer l’environnement puis taxait les pollueurs pour dédommager les victimes au lieu d’empêcher la pollution a priori. On laisse se dégager les mauvaises odeurs et on met du désodorisant …

Il y a une grande convergence entre les discours de Martine Aubry, de François Bayrou et même de Dominique de Villepin qui récemment a repris aussi exactement le même contenu que François Bayrou sur l’équilibre des pouvoirs et les institutions, sur la justice sociale et la suppression du bouclier fiscal, sur la réduction des déficits, sur l’innovation. En revanche on peut s’interroger sur certaines divergences entre le PS, le Front de Gauche et Les Verts, sur le rôle de l’Etat et des services publics, sur le nucléaire, sur la croissance/décroissance sur les retraites,…

Il y a à mon sens un décalage entre la représentation que l’on donne des alliances politiques d’apparence et les vrais accords de fond des partis sur le modèle de société. D’ici les élections présidentielles, il s’agira de bien considérer le fond, le projet de société, le modèle de société, plutôt que les discours d’apparence sur « la gauche » et « la droite » et les alliances de circonstances, la petite cuisine politicienne et le marchandage aux postes.

Et si François Bayrou avait raison ? Si les Français préféraient un centre démocrate, juste socialement et humaniste, qui aille de D. de Villepin au PS en passant par F.Bayrou, plutôt qu’une « droite » et une « gauche » dépassées ?

En complément:

Médiapart publie un numéro trimestriel papier consacré aux propositions de la « gauche ». Il peut être acheté en ligne ici

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Développement Durable, Economie, Mouvement Démocrate, Société, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.