Fête de l’Europe, l’Europe à la fête ?

Le 9 mai, c’est la fête de l’Europe. La déclaration de Robert Schuman aura 60 ans, mais l’Europe est en crise.

Sur ce thème de l’Europe, j’ai retenu la déclaration de Guy Vershofstadt au Parlement Européen, un entretien d’Edgar Morin à la Tribune,  et une analyse économique de Stéphane Cossé en vidéo. Mais je n’oublie pas l’ invitation  à fêter l’Europe dans les Yvelines.

Guy Verhofstadt met en garde contre le retour à l’Europe des nations, 60 ans après la Déclaration de Robert Schuman

Dans un message à l’occasion du week-end commémorant de façon symbolique le Jour de la Victoire en Europe (8 mai 1945) et la Déclaration du ministre des Affaires étrangères français, Robert Schuman (9 mai 1950) qui a donné naissance à l’intégration européenne, Guy VERHOFSTADT, président de l’ADLE au sein du Parlement européen, met en garde contre une dérive vers un nationalisme du 20ème siècle:

« Malgré l’histoire de l’intégration européenne des 60 dernières années, inspirée par les Pères fondateurs de la période d’après-guerre, le nationalisme n’a pas encore été banni et les États membres continuent à privilégier l’approche intergouvernementale plutôt que la méthode communautaire pour dégager une position commune ».

« Trop souvent, le rôle de la Commission européenne est contrecarré par les Etats membres. Que ce soit la stratégie 2020 pour la croissance économique, usurpée par le Conseil européen qui insiste sur le maintien de d’une méthode ouverte de coordination discréditée et la pression des pairs; que ce soient les retards gravissimes pris pour répondre à la crise obligataire grecque pour cause de discussion sans fin entre les 27 États membres, plutôt que la recherche d’une réponse communautaire unique, ce qui a prolongé et aggravé la détresse de la Grèce et de la zone euro; que ce soit enfin la proposition actuellement sur la table pour l’architecture du nouveau service d’action extérieur qui s’arc-boute sur la vieille méthode intergouvernementale et non sur la méthode communautaire qui conduirait à une plus grande efficacité grâce à  une action commune cohérente. »

« Comme en 1950, lorsque Robert Schuman et Konrad Adenauer ont convenu de mettre de côté les intérêts nationaux dans l’intérêt général européen, nous sommes confrontés à un choix difficile aujourd’hui sur l’orientation à prendre pour notre Union. Aujourd’hui, les dirigeants devraient montrer le même courage que leurs prédécesseurs et reconnaître qu’unir nos efforts profite à tous tandis que faire cavalier seul n’avantage personne. »

Web : http://www.alde.eu

Edgar Morin : « L’une des tragédies de l’Europe, c’est que les nations sont égocentriques »

Dans un grand entretien à lire ce lundi dans La Tribune, le sociologue et philosophe français Edgar Morin revient longuement sur la crise grecque et ses conséquences.

La Tribune : l’impuissance à apporter une solution au problème grec n’est-elle pas la démonstration d’une crise des finalités de l’Europe ?

Edgar Morin : La finalité première de l’Europe, c’était d’en finir avec les guerres suicidaires. Face à l’Union soviétique et ses satellites, il fallait créer et sauvegarder un espace de démocratie et de liberté. Donc, l’idée première était fondamentalement politique. Mais la résistance des Etats nationaux à abandonner une parcelle de souveraineté pour créer une entité politique supranationale a bloqué cette évolution. Dans les années 50, les grands courants économiques qui traversaient l’Europe occidentale ont permis de constituer une unité économique qui s’est achevé avec la constitution de l’euro. Mais sans aller au-delà. Nous avons payé cher cette débilité politique, par exemple avec la guerre de Yougoslavie. Et aujourd’hui, dans le cas de la Grèce, on mesure bien l’absence d’une autorité politique légitime. L’Europe est arrivée dans un état d’impuissance. Elle est paralysée par son élargissement et son approfondissement est bloqué par la crise actuelle.

La montée du nationalisme en Europe vous inquiète-t-elle ?

Avant même 2008-2009, il y avait déjà des poussées de nationalisme, certes limités à 10 ou 15% des voix, mais qui représentaient quelque chose de nouveau dans le paysage européen. Là-dessus s’est greffée la crise financière et économique, qui favorise ces tendances xénophobes ou racistes. L’Europe est arrivée à une situation « crisique » puisque pour la première fois, l’hypothèse que l’euro puisse être abandonné par un pays comme la Grèce a été émise, même si cela a été pour la rejeter. L’euro que l’on pensait institué de façon irréversible ne l’est pas. En fait, on ne sait pas très bien vers quoi le monde se dirige. Et, bien qu’il s’agisse d’une situation très différente de celle de 1929 ne serait ce que par le contexte européen, il ne faut pas oublier que c’est dans le pays le plus industrialisé d’Europe, l’Allemagne, qu’Hitler est arrivé légalement au pouvoir en 1933. Je ne veux pas dire que nous sommes condamnés à une troisième guerre mondiale, mais l’aggravation de la crise économique peut avoir des conséquences politiques et sociales extrêmement graves.

Suite…

Comprendre la crise grecque et ses enjeux par Stéphane Cossé

http://www.dailymotion.com/video/xd7f7g

Yvelines , Fête de l’Europe:

Cette année, le 9 Mai, Fête de l’Europe, correspond au 60éme anniversaire de la Déclaration Schuman

A cette occasion, nous vous informons de la tenue d’ une conférence organisée à l’Université Inter-Ages de versailles :

sur le thème : L’ EUROPE SPATIALE Les systèmes européens par satellites

Animé par M. OSTERLINCK Directeur des relations extérieures de l’Agence spatiale européenne et concepteur de EGNOS et GALILEO,

le dimanche 9 mai 2010 de 14 h à 16 h 30

à l’Université Inter-Age (UIA) 7, Impasse des gendarmes (derrière la mairie) 78000 Versailles

Entrée libre

A la suite de cette conférence, (dans laquelle il n’intervient pas ) le groupe MoDem-Europe est heureux de vous inviter à fêter l’Europe, à partir de 17h, 11 BD du Roi, à Versailles autour d’un

apéritif européen

Edgar Morin : « L’une des tragédies de l’Europe, c’est que les nations sont égocentriques »

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Europe, Mouvement Démocrate, Yvelines, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Fête de l’Europe, l’Europe à la fête ?

  1. Mamouchka dit :

    « L’unité » a explosée soit les égoïsmes,
    « La diversité » a oublié le « patrimoine commun » …

    Mamouchka.

Les commentaires sont fermés.