Vive les medias debout !

C’est celui qui dénonce le crime qui doit être puni. Pas celui qui l’a commis. C’est en gros ce que clament depuis quelques jours les ténors de l’UMP, s’en prenant au médias qui ont « osé » levé le voile sur ce qui, selon eux, aurait du resté celé à jamais.

Aussi, nous devons tout notre soutien, aux journaux qui ont eu le courage et la rigueur professionnelle de diffuser une information embarrassante. Car certains faits sont avérés, même s’ils ont été dévoilés par un curieux concours de circonstances.

La charge menées contre certains de ces medias par une partie des représentants de l’UMP n’est pas admissible en démocratie.

Mediapart: la calomnie

http://www.dailymotion.com/video/xdz6x2

Arrêt sur images: Les coulisses de l’affaire Bettencourt

http://www.dailymotion.com/video/xdz1ky

Mediapart: les enregistrements

Voici deux des enregistrements publiés par Mediapart, dont les interlocuteurs ont été authentifiés par la police.

Les relations avec le pouvoir politique

http://www.dailymotion.com/video/xdrg0s

Evasion fiscale

http://www.dailymotion.com/video/xduld5

L’enquête de l’IGF?

Il reste beaucoup de questions.

Les révélations du « rapport » de l’IGF dont Sarkozy ne parlera pas.

La justice ?

Bien sûr, il y a la présomption d’innocence. Bien sûr, il faudra enquêter sur les faits, bien que l’actualité politique ne s’y prête guère. Bien sûr, il faut que la justice se prononce.

Mais la justice réclame indépendance et sérénité.

Et c’est mal parti, hélas.

Philippe Courroye, procureur du parquet de Nanterre, proche de Sarkozy, dans un article du Monde

estime que «ces enregistrements clandestins posent un immense problème de principe. Une borne a été franchie»

C’est cet homme, qui, ayant déjà publiquement pris parti,  est en charge du dossier.  Nommé dans les enregistrements, il refuse de se dessaisir de l’affaire au profit d’un juge d’instruction ou d’un autre parquet.  Voici quelques mots d’analyse de sa position, publiés dans Mediapart:

Mais le scandale est là : dans la toute puissance d’un magistrat concentrant tous les pouvoirs d’enquête et soumis hiérarchiquement à l’exécutif, en supposant qu’il ne le soit pas politiquement à la présidence.

Le contenu des enregistrements ? Balayé.

Le chèque qu’aurait signé Liliane Bettencourt à Nicolas Sarkozy ? Ecarté.

Les 150.000 euros demandés à la comptable début 2007 pour financer la campagne présidentielle ? Pas évoqué

Le système d’enveloppes d’argent liquide aux politiques et à l’ancien maire de Neuilly ? «Une honte» de l’imaginer

Les interventions d’un conseiller de l’Elysée dans la procédure opposant Liliane Bettencourt à sa fille ? Pas évoquées.

Les 30 millions d’euros reversés au titre du bouclier fiscal à Mme Bettencourt ? «Laissez cela à d’autres».

Pour une justice indépendante et impartiale

APPEL DU 14 JUILLET
Pour une justice indépendante et impartiale
À propos des affaires Bettencourt

Cet appel citoyen peut être signé librement dans le Club de Mediapart (cliquez ici pour le signer en ligne).

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Libertés, Société. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.