Bilan de nos conseillers régionaux (3/3): les franciliens avant l’idéologie

Suite de l’exposé du bilan de nos élus sortants au Conseil Régional d’Ile de France (Le bilan 2004-2010 de nos conseillers régionaux)

Prise en compte des besoins des Franciliens sans a priori idéologiques

Les élus Démocrates et Centristes ont voté les projets, d’où qu’ils viennent, dès lors qu’ils leur semblaient répondre à de vrais besoins pour les habitants de la Région.

Lycées :

  • Nous avons suivi de près les opérations de rénovation, de restructuration et de construction des lycées.
  • Chantal Brault par ses nombreuse interventions, a dénoncé la lenteur de la réalisation du plan pluriannuel des travaux
  • Elle a obtenu un plan de réhabilitation,  extension du lycée Lakanal, avec une première phase d’urgence votée de 20 millions d’€.

CFA, Formation professionnelle :

  • Nous avons voté tous les crédits d’investissement pour les CFA et pour les missions locales.
  • Nous avons soutenu les dispositifs de formation et d’insertion professionnelle en regrettant l’absence d’une politique volontariste dans ce domaine qui manque de lisibilité pour les Franciliens.
  • Nous avons souligné la nécessité de réformer l’enseignement par l’apprentissage et la formation en alternance afin de les adapter aux besoins du marché de l’emploi et de rapprocher les apprentis des entreprises et artisans.

Transports :

  • Nous avons soutenu le plan de mobilisation pour les transports, voté le contrat entre le département des Hauts de Seine et la région et Chantal Brault a regretté qu’il soit exclusivement centré sur un seul volet, à savoir le  développement des tramways (T1 et nouvelle liaison Croix de Berny-Clamart), s’interrogeant sur l’absence de certaines infrastructures attendues : par exemple au projet de TCSP Meudon-Boulogne (via les terrains Renault).
  • Nous avons interpelé en question d’actualité le Président du Conseil régional sur la paralysie pendant 15 jours du RER A
  • Nous avons dénoncé une politique bornée d’une partie de la majorité qui refuse de s’occuper des routes alors qu’en grande couronne 80% des voyages se fonten automobile faute de transports collectifs suffisants.

Logement :

  • Nous avons voté tous les crédits affectés à la création ou réhabilitation de 242 000 logements et 8000 logements pour les étudiants.
  • Nous avons voté les dispositifs pour les actions foncières, mais constamment dénoncé l’éparpillement des acteurs qui concourent à l’offre de logements, l’absence de coordination et le manque de dispositifs pour le logement des classes moyennes ; pour assurer cette coordination nous avions proposé la création d’un Institut du Logement, proposition qui a été rejetée par la majorité.

Développement économique, emploi :

  • Nous avons soutenu les dispositifs en faveur des TPE/PME, le renforcement du financement des fonds de prêts et des fonds de garantie, le capital risque, les microcrédits et OSEO,
  • Nous avons voté le dispositif pour l’aide à la filière automobile, mais nous avons estimé que cette aide n’était pas à la hauteur des enjeux et reprenait trop de dispositifs existants sans les adapter à la crise et à la reconversion des chômeurs du secteur.

Environnement :

  • Nous avons voté les crédits pour AIRPARIF, BRUIPARIF, les Plans régionaux d’élimination des déchets, en demandant qu’ils soient assortis de plans d’action budgétés rapidement.
  • Nous avons dénoncé l’adoption tardive de l’agenda 21 pour la région.
  • Nous avons insisté sur l’urgence d’un audit énergétique des lycées anciens et voté le principe de lycées Kyoto, à valeur THQE.

Crèches :

  • Nous avons voté toutes les places en crèche qui nous ont été soumises.

Aménagement :

  • Nous avons voté tous les contrats ruraux, régionaux subventionnant les communes ou intercommunalités pour le financement de leurs investissements.
  • Nous avons voté au final le SDRIF avec nos amendements acceptés.

Enseignement supérieur – Recherche :

  • Nous sommes favorables à l’implication de la Région dans les investissements universitaires (Bâtiment des langues de Nanterre).
  • Nous votons les soutiens aux Domaines d’intérêt majeur et les aides financières aux pôles de compétitivité présents sur le territoire des Hauts-de-Seine.

Sécurité :

  • La majorité étant divisée sur le sujet, nous avons apporté notre soutien pour que la Région sécurise les abords des lycées, aide l’Etat à construire ou moderniser des postes de police.

Développement social et santé :

  • Nous avons été favorables à l’implication de la région dans ce domaine vu l’accroissement de la pauvreté et des situations précaires en IDF.
  • Nous regrettons que l’action régionale manque de cohérence, d’objectifs et de plan d’ensemble dans ce domaine.

Culture, sports, loisirs, tourisme :

  • Nous avons apporté notre soutien au développement des bases de loisirs, à la politique du Livre, aux aides aux manifestations culturelles ou sportives d’intérêt régional.
  • Si la création de points d’accueil dans les aéroports a été une bonne mesure, la région doit développer ses pôles d’attraction dans toute l’Ile de France et notamment dans les Hauts-de-Seine.

Budget :

  • Nous avons appelé à l’évaluation des politiques de subventionnement, réclamant les diagnostics et les bilans tirés de ces aides.
  • Nous nous sommes opposés à l’augmentation des impôts votée en début de mandat et à une augmentation mal contrôlée des dépenses de fonctionnement.
  • Le groupe démocrate et centriste a appelé à une croissance vraiment maitrisée des dépenses de la région.

Les illustrations sont issues du site du Conseil Régional Ile de France

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Elections Regionales, Mouvement Démocrate, Yvelines. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Bilan de nos conseillers régionaux (3/3): les franciliens avant l’idéologie

  1. Mamouchka dit :

    Dans le cadre de l’ile de France, une loi a permis par les collectivités de racheter des biens appartenant à l’Etat…
    Une ville a ainsi racheté une cité universitaire pour la démolir et proposer des bureaux… qui a protesté ?

    Mamouchka.

Les commentaires sont fermés.