Bilan de nos conseillers régionaux (2/3): politique du territoire

Suite de l’exposé du bilan de nos élus sortants au Conseil Régional d’Ile de France

Le choix de la proximité :

une région et des collectivités fortes au service de leurs habitants

Très attaché à l’autonomie des collectivités, le groupe Démocrate et Centriste refuse d’abord la recentralisation par l’Etat.

C’est pourquoi, dans l’intérêt des Franciliens, le groupe démocrate et centriste s’oppose:

Au projet de Grand Paris tel qu’il est présenté:

  • un projet autoritairement imposé sans réelle concertation avec la Région, les départements et les communes ;
  • un projet qui privilégie la logique financière et économique au détriment des hommes et des femmes qui vivent en Ile-de-France ; une fois de plus l’économique s’impose au politique.
  • un projet de transport totalement déraisonnable sur le plan financier : sa réalisation – très peu vraisemblable – mobilisera tous les crédits disponibles au détriment de l’entretien de l’existant et des investissements indispensables pour améliorer les dessertes quotidiennes du plus grand nombre.

A la mise sous tutelle de la Région voulue par l’Etat

  • Mise sous tutelle financière avec la perte de l’autonomie fiscale (réforme de la taxe professionnelle) ;
  • Mise sous tutelle juridique : dans le cadre du Grand Paris, les collectivités locales perdent une large part de leur pouvoir d’aménagement de l’espace.

Aux inégalités qui accompagnent ces projets

  • inégalités entre les territoires : la logique des choix de Ch. Blanc conduit à favoriser quelques zones franciliennes au détriment de toutes les autres ;
  • inégalités entre les personnes : l’inégalité géographique ne fera que renforcer les inégalités sociales ; ce sont toujours les mêmes qui vivront les problèmes d’emploi, de transport et de manque de services publics.

C’est pour défendre l’équité entre les franciliens et entre les territoires que nous avons finalement voté le schéma d’aménagement de la région Ile-de-France (SDRIF).
Le groupe Démocrates et Centristes dénonce le refus de l’Etat de transmettre le projet de SDRIF au Conseil d’Etat.
Après avoir refusé une version initiale trop marquée par une vision idéologique de la ville, les élus Démocrates et Centristes ont adopté la dernière version du SDRIF avec la majorité régionale en septembre 2008.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Elections Regionales, Mouvement Démocrate, Yvelines. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.